L'INTÉGRITÉ ET LA SOUVERAINETÉ DE NATION MÉTIS AUQUÉBEC 2007

L'INTÉGRITÉ ET LA SOUVERAINETÉ DE NATION MÉTIS AUQUÉBEC 2007

Messagepar admin » Ven 20 Jan 2017 14:22


UNE NATION QUI S'AFFIRME

L'INTÉGRITÉ ET LA SOUVERAINETÉ DE LA NATION MÉTIS AU QUÉBEC

MÉMOIRE DÉPOSÉ À LA COMMISSION BOUCHARD TAYLOR NOVEMBRE 2007

ÉCRIT PAR CLAUDE AUBIN

Chers membres de la Commission, Nous sommes un groupe de citoyens de la Nation Métis au Québec heureux de vous présenter ce mémoire qui reflète une pensée Métis nationaliste originaire à notre souveraineté et comparable à la pensée nationaliste des Québécois. Ce mémoire respire ce que nous sommes dans notre distinction culturelle, sociale et politique. Nous parlons avec notre coeur et l'âme de nos ancêtres.

Nous devons aussi vous aviser que ce mémoire ne reflète en rien l'opinion de d'autres membres d'organismes corporatifs autochtones qui disent représenter les Métis dans la province de Québec, desquels la Nation Métis au Québec se dissocie complètement. Nous sommes convaincus que ce mémoire permettra aux Québécois de mieux comprendre qu'il y a des vrais Métis qui ont des vraies projets d'avenir pour bâtir une Nation Métis au Québec, distincte et souveraine des Premières Nations et celle des Québécois.

Nous sommes ceux qui avons jamais abandonné et n'abandonneront jamais notre identité culturelle, spirituelle, sociale et politique Métis et qui désirent affirmer notre différence dans le respect de nos droits constitutionnelles Canadiens. Nous sommes ceux qui veulent bâtir leur avenir Métis dans la cohabitation et en partenariat avec cette Nation Québécoise et celles des Premières Nations. Nous sommes ces Métis qui ont su garder au cours des siècles cette connexion culturelle Métis au travers de nos clans familiaux et ce, bien avant la venue de la Cause Powley de l'Ontario, cause qui semble être devenue la pierre angulaire de cette nouvelle mode identitaire Métis au Québec transmise et exploitée par une multitude de regroupements autochtones corporatifs autres que la Nation Métis, la Nation Inuit et les Premières Nations.

Il y a diverses formes de nationalisme actuellement au Canada et elles s'expriment dans divers projets communs. Elles ne sont pas fondamentalement racistes simplement parce qu'elles font appel à divers types de solidarité nationale. C'est ce que les citoyens de la Nation Métis au Québec ont compris et appris en regardant évoluer le dossier de l'autonomie gouvernementale des Premières Nations du Québec et du Canada. Le nationalisme Métis actuel au Québec est un aboutissement moderne du nationalisme des 11 Premières Nations et celui de certains Québécois. Il servira à promouvoir de nombreux projets politiques différents de ceux proposés depuis 30 ans par des organismes corporatifs Autochtones qui ont réclamé ou qui réclament toujours donner adéquatement des services aux Métis au Québec.

Jamais ces corporations n’ont négocié l'application des Droits Aborigènes alloués aux Métis. Seul un gouvernement national Métis aurait le pouvoir de le faire au Québec comme le font les gouvernements des Premières Nations et les Inuit. Personne au Québec ose s'en préoccuper ni même s'imaginer que les Métis forment une nouvelle Nation distincte de celle des Québécois et des 11 Premières Nations. Cette Nation Métis ose maintenant s'identifier publiquement comme une Nation distincte des Premières Nations au Québec depuis la reconnaissance des Métis dans la Section 35 de la constitution Canadienne.

Cette Nation Métis composée strictement de clans familiaux Métis reconnus se considère comme étant la 12ième Nation Autochtone sur le territoire du Québec. Dans toutes ces possibilités d'accommodements raisonnables et dans le respect de la juridiction originaire des Premières Nations sur les territoires du Québec, jamais la Nation Métis revendiquera comme les Premières Nations des territoires exclusifs à leur Nation car les Métis de la Nation Métis au Québec reconnaissent que ce droit ancestral à la terre n'appartient qu'aux Premières Nations.

La Nation Métis ne désire que négocier avec les Premières Nations et le Québec des accommodements raisonnables pour des fins d'occupations traditionnelles .Cette Nation Métis au Québec refuse aussi d'accepter la définition intégrale et exclusive de communauté Métis proposée par la Cour Suprême du Canada. Elle le refuse aussi car cette acceptation serait aussi d'accepter que cette définition de communauté peut aussi établir qui est et qui n'est pas Métis.

Encore plus grave, accepter cette définition c'est aussi se conformer au désir du gouvernement du Canada de limiter et contrôler, comme il l'a fait avec les citoyens des Premières Nations, le nombre de Métis et de soumettre les Métis à une définition juridique qui ne reflète pas la définition culturelle de communauté Métis au Québec. Jamais les citoyens de la Nation Métis au Québec accepteront que leurs communautés historiques soient définies comme des communautés physiques établies sur un espace terrestre restreint et qu'elles soient désignées dans une enclave péri métrique bien mesurée en pouces et en pieds, puis identifiées et baptisées selon des lois seigneuriales et paroissiales européennes.

Ce concept de communauté n'existe pas et n'a jamais existé chez les Métis que dans de rares exceptions. L'accepter serait comme abdiquer notre propre définition culturelle de nos communautés Métis.

Le cycle des mouvements saisonniers des clans familiaux Métis empiétait même dans d'autres provinces après la destitution du Haut et du Bas Canada en provinces du Canada vers l'ouest. Les liens familiaux Métis ne sont pas fixes dans une communauté physique et locale mais s'étendent aussi loin qu'il y a maintien des liens familiaux.


Hors, les membres d'une même famille Métis pouvaient vivre à différents endroits physiques en même temps mais ils faisaient tous partie de la même communauté de gens donc de la même communauté Métis, une vraie communauté culturelle historique Métis toujours en mouvement. Monsieur Bouchard, Monsieur Taylor, y a-t-il des Métis Nationalistes dans la salle? Oui, nous existons, oui nous avons une citoyenneté organisée depuis 1994, oui, nous avons des porte-paroles, oui, nous avons une Nation distincte.

Il faudra le dire au Québécois et au Premier ministre, Monsieur Charest. Nous sommes de France et d'Amérique, de tambours et de violons, nous sommes Métis, des Bois brulés. Nous existons et vivons d'Est en Ouest du Canada depuis des siècles et nous vivons discrètement sans faire trop de bruit et ce n'est pas dans notre nature de faire du bruit en revendiquant. Nous sommes en voie d'extinction au Québec. Voila notre grande préoccupation.

Depuis des siècles et depuis plusieurs générations formées par nos clans familiaux Métis, nous vivons en vase clos. Nous ne sommes ni membres des Premières Nations, ni Canadiens français et ni des Québécois. Nous avons su naviguer entre ces cultures et nous avons vécu avec notre pensée, développé notre philosophie de vie et maintenu nos traditions, notre spiritualité et notre culture .

Les Métis sont Métis et jamais au Québec les citoyens de la Nation Métis avons été et seront Canadiens Français, Québécois ou citoyens des Premières Nations. Nous sommes Métis dans toute la distinction de notre Nation. La seule chose que nous avons en commun est une sorte de lien linguistique.

Une chose est certaine, nous sommes nés au Québec et comme a dit un jour Billy Diamond de la Nation Cris du Québec qu'il était Crisbec. Et bien nous, nous sommes Métisbec. Aujourd'hui, nous sommes essoufflés et épuisés. Nous vivons retirés de la société québécoise et canadienne non pas par choix, mais comme l'histoire l'a si souvent démontrée, par l'oubli et surtout l'ignorance de notre existence par le Québec et les Premières Nations avec qui nous partageons le territoire du Québec.

Il n'en demeure pas moins qu'il y a plusieurs histoires: la vôtre et la leur et la nôtre, celle de la Nation Métis. Heureusement pour les Métis elles sont tr ès différentes. Les Québécois et bien des Membres des Premières Nations n'ont aucune connaissance des Métis et qui ils sont. Ils ont tous de la difficulté à distinguer un Métis d'une personne Métissée. Bien des Québécois et bien des citoyens des Premières Nations sont Métissés de sang mais cela ne veut pas nécessairement dire qu'ils sont Métis de culture et d'association.

Être un Métis ce n'est pas le fait d'avoir une descendance d'une personne issue d'une Première Nation ou d'avoir une grand-mère indienne. Être Métis est une question de culture et d'identité Métis avec une identité distincte des Québécois et des Premières Nations.

Un Métis est issu de parents et grands-parents Métis, d'un clan familial Métis ayant conservé ses valeurs, son histoire, ses croyances et sa culture. Il est ni un ressortissant des Premières Nations ou celle des Français. Le Métis conserve une totale indépendance à l'endroit de ces deux cultures.

C'est là la différence entre un Métis qui adhère à sa Nation Métis, et une personne Métissée qui vit, s'identifie et se reconnaît soit comme un autochtone hors-réserve, un membre d'une première nation ou citoyen de la Nation Québécoise ou Canadienne. Il existe aussi au Québec des individus qui se sont auto-déclarés autochtones vivant hors réserves sans vraiment se donner une appartenance nationale à la Nation Métis mais qui réclame aussi être des Métis mais qui se disent faire partie de la Nation Canadienne Française ou celle des Premières Nations.

Ils se définissent comme Métis canadien français ou autochtone hors réserve et ils sont membres de la Nation Autochtone de la communauté de l'Alliance Autochtone du Québec. Ces Autochtones ont créé, dans le passé et toujours aujourd'hui, des organismes corporatifs ou des corporations de service, qui osent parler et qui proclament donner des services aux Métis et à tous les Autochtones vivants hors-réserves, ce qui est faux.

Ces organisations réclament comme membres de leurs organisations corporatives cette population Métissée et celle des Premières Nations vivant hors-réserve. Faire ce genre de réclamation c'est comme s'ingérer dans les affaires et les activités politiques du développement de l'autonomie gouvernementale des Premières Nations et de la Nation Métis au Québec.

Ces organisations corporatives autochtones vont jusqu'à se donner un statut national en empiétant sur les juridictions des Premières Nations. Elles vont même jusqu'à se donner des titres comme Grand Chef, Chef National, Chef provincial et Chef de communauté et vont même revendiquer des droits territoriaux comme le font les Premières Nations au lieu de se limiter à la livraison de services et aider les Premières Nations à atteindre leurs objectifs d'autonomie gouvernementale, sur et hors-réserves. Jamais elles n’ont reconnu distinctement les Métis et la Nation Métis au Québec, bien au contraire.

De plus, ces gens qui sans gêne et avec arrogance, revendiquent des droits des Premières Nations en se disant Métis ne sont pas citoyens de la Nation Métis au Québec et ils sont inconnus du mouvement et du milieu Métis et celui des Premières Nations. lls sont loin de la réalité Métis au Québec et préfèrent s'accrocher dans l'agenda des Premières Nations et cela cause aux citoyens de la Nation Métis au Québec des torts quasi irréparables. Il n'y a ni Commission, ni autre structure qui prend soin d'entendre les Métis et de nous protéger.

Pour nous, les Métis, les accommodements raisonnables si bien étalés par les médias ces temps-ci, sont très proches de notre préoccupation vitale et de la survie de notre Nation. Nous, les citoyens de la Nation Métis au Québec, avons besoin de partenaires provinciaux et fédéraux pour nos aider à développer l'autonomie gouvernementale de notre petite Nation dans la province de Québec.

Comme le gouvernement du Québec a créé la Commission Bouchard-Taylor, pourquoi ce même gouvernement ne pourrait pas devenir un partenaire principal dans le développement de la Nation Métis au Québec. Une question d'accommodement raisonnable et vital et nécessaire pour les citoyens de la Nation Métis au Québec, car parfois les citoyens de la Nation Métis sentent qu'ils sont devenus des étrangers dans leur propre mouvance Métis.

On dirait que les gouvernements attachent une plus grande importance à ceux qui font du bruit pour faire du bruit plutôt que de focusser sur la question identitaire et nationale proposée par les citoyens de la Nation Métis au Québec. Des Métissés n'ont su que démontrer un lien généalogique à une grand mère des Premières Nations mais n'ont jamais su garder cette connexion Métis transmise par la culture et protégée par les clans familiaux des Métis du Québec.

Nous sommes aussi de ceux qui tiennent par cette même occasion à vous réitérer que la Nation Métis au Québec est une Nation fière et souveraine. Nous sommes ceux qui croient que la Nation Métis au Québec peut aussi opérer au sein de son propre système politique national. Pour être francs et honnêtes, nous savons qu'aujourd'hui les citoyens de la Nation Métis sont confus et divisés sur la question posée par votre commission, parce qu'ils ont subi au cours des années, selon l'application de vos politiques gouvernementales, un processus partiel et non total de l'assimilation.

N'ayant pas d'autres alternatives qui lui sont offertes par les gouvernements notre population, ils ne savent pas trop comment choisir une réponse à la question que pose votre commission. Vous devez comprendre que certains d'entre nous sommes encore plus mêlés que les Québécois ou les Canadiens. Les citoyens de notre Nation ne sont pas des Québécois et nous ne le seront jamais. Nous sommes des citoyens de la Nation Métis et tout comme les Québécois nationalistes, nous sommes des Métis nationalistes qui croient en l'implantation de notre propre gouvernement selon la souveraineté de notre Nation mais en partenariat avec le gouvernement du Québec et ceux des Premières Nations.

Voilà donc ce qui fait peut-être peur aux gouvernements fédéral et provincial d'entamer des négociations d'une revendication globale avec la Nation Métis au Québec .Si nous comprenons bien, la commission consulte la population pour savoir si le Québec est prêt à accepter les recommandations de cette commission et nous les citoyens de la Nation Métis en général. Mais en préambule, il faut que cette commission reconnaisse que nous ne pouvons accepter d'être classifiés comme un simple groupe ethnique au Québec.

Nous ne sommes pas un groupe ethnique et nous n'appartenons à personne. Nous pouvons à la rigueur et parce que vous avez toujours été nos alliés, reconnaître la souveraineté politique, sociale et culturelle de la Nation Québécoise.

La Nation Métis au Québec reconnaît ainsi la validité des titres des Premières Nations et n'entend pas revendiquer quelque territoire que ce soit. Cette identification nationale Métis, notre groupe la place dans le cadre de la reconnaissance des Métis dans la constitution canadienne. Il ne s'agit pas à, à notre sens, d'une utopie mais de la reconnaissance de notre interdépendance que la Nation Canadienne, la Nation Québécoise pour certains et les Premières Nations qui doivent désormais s'admettre équitablement et aménager entre elles.

C'est dans l'égalité que nous voulons proposer, à tous nos partenaires Canadiens, Québécois et ceux des Premières Nations et des Inuits, le développement social, culturel, économique, communautaire et territorial de notre Nation Métis au Québec. Cette association, nous désirons la développer et la négocier à notre gré, tout au long de l'évolution de notre Nation afin d'assurer notre pleine sécurité et notre plein épanouissement. Évidemment, tout ça ne se réalisera pas du jour au lendemain.

Comme citoyen Métis, comme Nation distincte, personne ne peut nous refuser encore la moindre négociation que nous les citoyens de la Nation Métis jugeons très importante. Nos dirigeants essaient déjà, depuis plusieurs années, à mettre sur la table ce déclencheur essentiel du déblocage de ce qui revient de droit aux citoyens Métis et à la Nation Métis au Québec dans sa totalité. Nous désirons exprimer notre volonté démocratique et, par la même occasion, donner à nos porte-paroles le mandat d'ouvrir, avec les gouvernements concernés, des négociations dignes de l'histoire et la survie de la Nation Métis au Québec.

Pour la Nation Métis au Québec, le choix est facile. Il nous suffit, à nous citoyens de la Nation Métis, de penser à tout ce qui nous est arrivé dans le passé, avec toute la vigueur du présent et puis de songer à tous ceux qui se sont battus pour notre survie. Le groupe veut revenir à la charge en songeant à tous les Métis qui nous suivront aujourd'hui et demain, et don=t l'avenir en dépend. Nous sommes ceux qui se sont libérés de l'emprise d'une politique d'intégration et d'assimilation, voir même de génocide de la part des gouvernements qui veulent nous limiter à une troisième génération, lorsque nous-mêmes devons protéger notre 7ième génération du passé et de l'avenir.

Historiquement, la population Métis pouvait vivre à sa guise sur l'ensemble du Québec et dans le respect des lois tribales nationales et confédérales des premières Nations et des Canadiens français et anglais. La population de la Nation Métis pouvait à son gré s'installer sur les rives des lacs et des rivières à proximité des réserves ou des villages des Premières Nations ou des canadiens français ou anglais jusqu'au jour où les gouvernements établirent des lois qui n'ont jamais inclus ou reconnu les territoires occupés et utilisés par les Métis.

Aujourd’hui, et avec les années, ce constat finit à notre insu par tenir lieu à notre histoire au détriment des citoyens de la Nation Métis parce que nous n'occupons plus officiellement ces territoires malgré la transience de nos clans familiaux. Elle renie par contre l'abus que nos ancêtres Métis ont subi.

Quoique les Métis possèdent une culture maintenue par la tradition orale, une langue spécifique, une spiritualité originale, une vision de la vie et de la nature particulière, ils doivent sans cesse transmettre à leurs enfants des valeurs fondamentales en leur rappelant le respect de tous les ancêtres qui les ont conçus et façonnés sans exception.

Pour conclure, permettez nous de vous affirmer et faire comprendre à cette commission et à la population Québécoise que c'est dans l'égalité et l'équité de l'occupation du territoire du Québec que la Nation Métis au Québec s'attend à une proposition d'un partenariat de la part des Québécois, advenant qu'ils désirent le négocier et d'une proposition d'accommodement d' occupation territoriale de la part des Premières Nations car elle n'entend faire la demande d'aucune revendication territoriale. Pour l'instant nous constatons que le gouvernement du Québec n'a jamais vraiment pris au sérieux la Nation Métis au Québec et nous n'optons ni pour une dépendance canadienne ou québécoise.

On nous a offert un pays, le Canada et nous l'avons subi. Les temps ont changé et nous voilà au retour des négociations au temps de nos ancêtres, au même point de départ qui a permis à la France, votre mère patrie, d'acquérir des Nations Autochtones un permis d'occupation territoriale. Voila donc dans notre langue et notre façon diplomatique de vous rappeler que vous êtes toujours liés à ce que nous sommes. Vos alliances par le sang ont contribué pour beaucoup à faciliter vos alliances politiques, économiques et militaires et, à cet égard, les alliances par le sang ont constitué le lien le plus irréversible.

On n'a qu'à regarder la physionomie de votre population ou celle des Premières Nations et la nôtre pour comprendre. La Nation Métis ne désire que négocier, en partenariat, avec les Premières Nations, le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada, des accommodements territoriaux pour permettre aux Métis de continuer à pratiquer leurs activités traditionnelles, et ce, sans nuire aux revendications territoriales des Premières Nations.

Aujourd'hui, la Nation Métis au Québec, depuis son témoignage devant la Commission Royale sur les Peuples Autochtones en 1993, est en pleine réorganisation. Une reconnaissance nationale permettra d'ériger la Nation Métis au titre de 12ième nation autochtone sur le territoire du Québec, pour devenir la seule entité responsable des Métis. La Nation Métis demande la place qui lui revient dans le cercle des Autochtones du Québec.

Pour terminer, il faut se souvenir que la Nation Métis au Québec forme une Nation distincte, possédant sa propre histoire, sa culture et ses règles de gouvernance tout comme les Premières Nations et les Nations Québécoise et Canadienne. Veuillez agréer, messieurs les commissaires, nos salutations distinguées.

Un groupe de citoyens de la Nation Métis du Québec.
Claude Aubin
Métis et administrateur de ce site.

info@claudeaubinmetis.com
Avatar de l’utilisateur
admin
Administrateur du site
 
Messages: 376
Inscription: Mer 20 Oct 2010 11:42

Retourner vers Pour la Nation Métis au Québec

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité