LES MÉTIS ET LA VISION INCLUSIVE DE HARRY DANIELS

LES MÉTIS ET LA VISION INCLUSIVE DE HARRY DANIELS

Messagepar admin » Mar 13 Oct 2015 13:17

Pour faire suite à l'application du projet de loi C31 en 1985 le Conseil National des Autochtones changea son nom à Congrès des Peuples Autochtones remettant aux oubliettes l'agenda des Métis qui ne faisant pas parti du Ralliement National des Métis (RNM), organisation nouvellement créée à la même époque que par les Métis des provinces de l'ouest canadien qui avaient claqués la porte au Conseil National des Autochtones.

Par conséquent il était évident que la frustration des Métis grandissait au sein de la seul organisation qui s'occupait des autres Métis qui ne faisaient pas parti du Ralliement National des Métis. Pour contrer à cette lacune, Claude Aubin, Ginette Racette, Kirby Lethbridge et Frank Palamater proposèrent à une assemblée générale la création de la Confédération Métis au Sein du Congrès des Peuples Autochtones pour remettre à l'agenda de cette organisation la question Métis.

Je me souviens très bien en 1992 de la réaction de Harry Daniels aux commentaires et les raisons qui avaient poussé les participants à créer cette Confédération pour défendre un agenda Métis au sein de cette organisation . Ces commentaires ont permis de faire réfléchir et inspirer grandement le Président Harry Daniels, ce Métis du Manitoba ,à soumettre en court suprême l’application de l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 pour y inclure touts les Métis sans exception qui ne font pas partie du RNM mais qui faisait parti intégrale de 91:24 comme il l'avait fait en 1981 mais distortionné avec l'entente Métis du lac Meech proposé par le Ralliement National des Métis sous la présidence de Clément Chartier.

Premièrement, lorsque Harry Daniels était le Président du Conseil National des Autochtones en 1981(Native Council of Canada ) c’était une organisation d'alliance d'organisations provinciales de Métis et d’Indiens sans statut de toutes les provinces canadiennes. Tout les Métis et les Indiens sans statut du Yukon jusqu’à Terre-Neuve vivaient sous le même toit de cette organisation. Comme Vice Président de cette organisation Harry Daniel étais responsable de la négociation des changements constitutionnels au nom des Métis et Indiens sans statut du Conseil National des Autochtones.

A ce même moment le Ralliement National des Métis sous la présidence de Clément Chartier n'existait même pas.

Le 30 janvier 1981, quand ils se sont tous entendu que les Indiens, Inuits et Métis soient spécifiquement identifiés comme Autochtones dans ce qui est maintenant la section 35(2) de la Loi constitutionnelle de 1982, c’est sur l' insistance de Smokey Bruyère et de Harry Daniel que les Métis furent inclus.

Plus spécifiquement, en référence au terme “Métis” il était entendu à l’époque que cela incluait tous les Métis partout au Canada . Il était aussi compris que le terme Métis n’était pas attaché à une région géographique particulière tout en reconnaissant touts les Métis d’un océan à l’autre.

L’Honorable Jean Chrétien a conclu l’entente finale et Harry Daniel s'était assuré que tous les Métis soient inclus dans l'entente. La vision de Harry Daniel compatible avec celle de Louis Riel était une vision plus inclusive de celle du RNM de l'ouest canadien qui ne reconnaissent pas les Métis de l'est du Canada et qui proclament être les seuls Métis aujourd'hui.

Harry Daniels avait négocier que touts les Métis du Canada sont inclus dans la Constitution en 1981 pour jouir de tous les droits inhérents au titre d’Autochtone.

Poursuivant avec rigeur sa politique d’exclusion, le Ralliement National des Métis tient un discours pour faire en sorte que bien des Métis seront incapables d’être reconnus comme des Métis suite à leur interprétation du mot Métis inclus dans la section 35 de la Constitution canadienne .

Monsieur Clément Chartier va plus encore plus loin lorsqu'il a déclaré qu’il serait malheureux que la Cour suprême entende les autres Métis dans cette cause historique. Apparemment, le fait d’avoir d' autre voix à la table, est plus qu’une “distraction” pour le RNM. Ce qui est particulièrement inquiétant dans la position du RNM et qui est très bien décrite dans le dernier paragraphe du bulletin du President Clément Chartier : "Aussi, la Nation Métis historique représentée par le RNM doit consolider ses volets politiques et gouvernementaux par l’adoption d’une Constitution et d’une législation fédérale complémentaire reconnaissant le gouvernement du RNM et le registre des citoyens légitimes du RNM.

Les Métis des établissements Métis de l"Alberta et celui de Kelly Lake en Colombie Britannique, qui en autre sont les Métis de souche de cette province et non ceux qui se sont importés des provinces des prairies et qui réside et qui contrôle le mouvement Métis dans cette province, une partie des Métis de la Saskatchewan et du Manitoba et en plus des Métis de la Nation Métis au Québec ne sont pas d'accord avec cette législation fédérale exclusive aux Métis du RNM.

Tant qu'a la définition de Harry Daniels de 1981, elle en demeure pas moins légitime et est devenue la pierre angulaire du fondement de la définition et de la reconnaissance des Métis au Canada.

Cette définition Métis sur tout ce qui touche les droits individuels des Métis ne peut être abrogée, altérée ou interprétée par aucune des organisations Autochtones ou Nation Métis vouées au service et à la défense des droits des Métis tel le Ralliement National des Métis sous la présidence de Clément Chartier .

Harry Daniel Marci pi comme tu me l'as dit un jour " onna pas eut bisoin dé sorti les fisils Claude."

Claude Aubin
Métis et administrateur de ce site.

info@claudeaubinmetis.com
Avatar de l’utilisateur
admin
Administrateur du site
 
Messages: 382
Inscription: Mer 20 Oct 2010 11:42

Retourner vers Pour la Nation Métis au Québec

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 1 invité

cron