L'INTÉGRITÉ NATIONALE MÉTIS "DÉFRANCISER" PAR LES MATEE

L'INTÉGRITÉ NATIONALE MÉTIS "DÉFRANCISER" PAR LES MATEE

Messagepar admin » Sam 17 Nov 2018 18:54

L'intégrité nationale, linguistique et culturelle de la Nation Métis a connu un immense débat et attaques ces derniers mois. Le Matee National Council de la Matee Nation de l'ouest canadien sous la gouvernance de Clément Chartier ont désormais rompu avec les Métis de l'est , ceux qui ont majoritairement su préserver cette intégrité nationale linguistique et culturelle, et tente par touts les moyens de "défranciser" la Nation Métis. Cette intégrité nationale Métis ne peut plus être compromise.

La discrimination systémique et l'injustice de la structure organisationnelle basées sur la différence linguistique entre les Métis de l'est et les Métis de l'ouest est un phénomène continue de la part du Métis National Council et ses organisations provinciales affiliées . Présentement, elles sont profondément enracinées dans leur histoire corporative et leur attitude organisationnelle qui ne peuvent pas être identifiées en une seule activité ou une seule déclaration.

La discrimination linguistique peut aussi être le résultat de la combinaison de facteurs complexes et de pratiques institutionnalisées, des pratiques qui agissent de manière à produire un effet d'exclusion global envers les Métis de l'est et qui peut se traduire en un nettoyage ethnique systémique. La discrimination est systémique parce qu'elle relève de l'accumulation de pratiques institutionnelles de leur organisation et sous l'influence et l'appui des pratiques et des politiques opérationnelles coloniales appliquées par le gouvernement fédéral et ceux des gouvernement provinciaux. La discrimination systémique est évidente et appliquée au sein du Metis National Council et par tous les gouvernements envers les Métis de l'est du Canada.

A l'automne 2017 , Le Métis National Council a présenté un projet d' un Accord Métis qui proposait un meilleur encadrement pour la gouvernance des Matee et ce sans l'inclusion des Métis de l'Est tout en tentant de définir qui sont les Métis touchés dans la cause Daniel, cause qui était plus inclusive dans la reconnaissance des Métis selon l'article 91-24 et applicable partout au Canada. Cette tentative exclusive par un Accord Métis pour cintrer qui sont les Métis avait été entreprise pendant la période de l'accord du lac Meech au début des années 1990s mais n'avait pas été réussi suite a une injonction déposée en court de justice par le Conseil National des Autochtones qui avait la responsabilité des autres Métis Canadiens pas associés avec le Métis National Council . Ce fut aussi le déclenchement qui a pousser Harry Daniel President du Congress of Aboriginal Peoples à soumettre sa cause en court de justice pour faire reconnaitre touts les Métis sans exception, surtout les Autres Métis qui ne faisaient pas parti du Métis National Council .

Mais qui sont ces Métis de l'Ouest qui prétendent être plus Métis que les Métis et qui tentent par touts les moyens de défranciser la Nation Métis pour en garder le contrôle de leur vision multiculturelle anglaise et qui maintenant déborde dans l'organisation anglicisée des Métis dans l'est du Canada ?

Mais qui sont donc tous ces pretendus Métis anglais qui ne parlent pas français et qui ce refèrent à la Nation Métis en anglais comme une Matee Nation ?

IL est évident qu'il y a un malaise de la part des Métis qui sentent qu'ils sont en train de se faire déposséder de la base de la définition de ce que sont les Métis et de ce qui composent leur Nation, défini leur langue et leur culture et leur histoire loin de celle des anglais comme langue et comme culture commune mais tissée serrée comme une ceinture fléchée avec celle des Premières Nations.

Ces Matee prônent le multiculturalisme de tous les métissés en une Nation générique Matee qui repose sur l'inversion du devoir de leur intégration en tentant de voler au Métis la cabane et la Nation des Métis . Hum serait-il plutôt des halfbreed anglais, des country born ou des Orcadians qui ne sont pas reconnus dans la constitution canadienne et qui refusent de s'afficher et promouvoir leur propre Nation distincte de celle des Métis .

Mais batinse ce n'est pas aux Métis de prendre leur pli anglais, mais à ces a eux de ce transformer de ce développer pour qu'ils s'accordent aux exigences de leur propre identité national qui n'est pas Métis . Au Canada et au Québec on appelle cela l'idéologie d' accommodement raisonnable qui se présente comme un simple ajustement pragmatique respectueux de ceux qui veulent s'identifier Métis pour faciliter leur reconnaissance autochtone .

Est ce que le mot Métis est un mot générique comme l'est le mot indien dans la constitution canadienne ? J'en doute fort que le mot Métis représente une vibrante Nation distincte dans la langue anglaise et de tout ceux qui l'utilise comme langue maternelle et qui ont aucun lien en commun avec ceux des familles françaises qui ont marié des gens des premières Nations et qui ont eut comme résultat des Métis . Le mot Métis appatient au Métis . ils doivent ce définir avec leur propre identité nationale , selon leur propre langue, leur propre histoire et leur propre culture halfbreed anglais, country born ou Orcadians. Terrible illusion identitaire.

On tente de faire accroire aux Métis qu'il ne sont plus des Métis et on abuse et exploite de façon radicale leur sentiment traditionnel d'hospitalité à laquelle répond leur inévitable plans d'action d'invasion et de dépossession nationale de la Nation Métis pour se substitué en un projet très radical, fondé sur la dé construction et la dé-francisation de cette belle et vibrante Nation Métis .

La dépossession linguistique et identitaire des Métis par la pensée colonialiste des halfbreed anglais, des country born ou des Orcadians dans une perspective multiculturaliste repose sur un processus systémique envers les Métis et leur Nation pour la faire devenir qu'une composante de la diversité dans une définition générique et légaliste .

La souveraineté nationale, la souveraineté linguistique et la souveraineté culturelle et historique des Métis à travers le nationalisme populaire serait à bannir selom eux et touts ceux qui tenteront de la promouvoir seront traité d'idéaliste national ou de raciste.

Toute cette situation de dépossession linguistique , culturelle et politique des Métis par des halfbreed anglais, des country born ou des Orcadians masque la simple tyrannie colonisatrice envers la majorité des Métis partout au Canada comme l'on fait les Orangistes pendant la période de la Rébellion de Riel en bannissant dans les écoles la langue française accessible aux Canayens Français des Prairies et aux Métis ainsi qu'au acadiens et métis du nouveaux brunswick pour eviter l'apparition de nouvelle provinces française comme le Québec.

La dépossession nationale, linguistique, culturelle, et historique des Métis engendrée par l'approche d'un nettoyage ethnique en ligne par le Métis National Council avec l'appui du gouvernement canadien et de ceux des provinces et sans oublier certaines Premières Nations qui utilisent l'anglais comme langue d'opération, entraine ainsi un changement de régime politique radical au sein de la mouvance Métis et de leur Nation . Elle entraine aussi une nouvelle perception des Canadiens et des Premières Nations à savoir qui étaient et qui sont les Métis .

Ce nettoyage ethnique subtile engendré par le Métis National Council et appuyé naïvement par des organisations Métis de l'est qui pensent bien faire, pousse aussi à la réduction des effectifs de la Nation Métis partout au Canada comme en témoignent leurs nombreuses attaques calculées et préméditées envers les Métis tis et qui cherchent à lui inculquer ses préceptes idéologiques.

En 1984, le départ des Métis de l'ouet du Conseil National des Autochtones a d'abord eu pour vocation de neutraliser les autres Métis qui y sont rester et qui était principalement de l'est , en les isolants d'eux et en les transformant en minorité ethnique associé avec des gens des premières Nations sans statut d'indien tout en se considérant sournoisement comme étant les seul Métis au Canada. Mêmes si tous ensemble nous étions tous membres des deux peuples fondateurs du Conseil National des Autochtones a l'époqque de Tony Belcourt Président .

Par contre faut-il rappeler d'ailleurs que les halfbreed anglais, les country born ou les Orcadians n'était pas et ne sont toujours pas reconnu dans la Constitution de 1982 mais le sont aujourd'hui avec la Cause Daniels sous 91-24 grace aux Métis .

Les Métis peuvent t-ils rappeler aux halfbreed anglais, aux country born ou aux Orcadians qu'ils sont eux même une belle Nation distincte en droit de définir leur propre culture de convergence, à partir de leur langue , leur culture et leur histoire et leur expérience historique singulière? Qu'on t'il fait de leur leader Curthbert Grant et de la grande bataille de Seven Oak ?

C'est la question nationale qui révèle encore une fois son caractère irrépressible. Entre les halfbreed anglais, les country born ou les Orcadians et l'identité Métis , la différence demeure fondamentale et pourrait un jour conduire à la rupture du lien qui pourrait les unir en confédération si seulement ils prenaient leur propre identité sans voler celle des Métis et la cabane des Métis . I would like to see one standing up and say loud and clear : I am not a Métis I am a halfbreed and proud of it . Is there takers ?????

Revenons en a l'organisation de la Nation Métis dans l' est du Canada ou au Canada tout court .

Comment assurer l'existence d'un corps politique Métis si on lui dénie la possibilité d'assumer son histoire, sa langue et sa culture ? De quelle manière elle lie les Métis en profondeur et éviter l'assèchement du politique dans la seule logique des droits constitutionnels ? De quelle manière elle composer la souveraineté populaire de la Nation Métis alors qu'on conteste de plus en plus l'existence même de la Nation Métis en la rendant une Matee Nation avec l'usage de l'Anglais dans toutes ses institutions ?

La Charte des droits et libertés ne survivra peut-être pas à la protection de la Nation Métis dans son intégrité nationale, linguistique et culturelle . Mais la question identitaire chez les Métis comme dans toutes autres nations , modifie en profondeur la vie et la durée politique de ces Nations.

Mais une chose est certaine. les halfbreed anglais, les country born ou les Orcadians ne sont et ne seront jamais pour moi des Métis . Ils sont ce qu'ils sont et c'est à eux de nous le démontrer de quelle Nation autochtone ils appartiennent.

Tant qu'a moi je suis Métis nationaliste et Vive la Nation Métis . Cette intégrité nationale Métis ne peut plus être compromise. Notre langue et nos clans familiaux français sont la fondation même de notre identité Métis, pas des communautés réelles ou fictives . Aux poubelles la cause Powley.
Claude Aubin
Métis et administrateur de ce site.

info@claudeaubinmetis.com
Avatar de l’utilisateur
admin
Administrateur du site
 
Messages: 425
Inscription: Mer 20 Oct 2010 11:42

Revenir vers Éditorial

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités

cron