NATION MÉTIS QUÉBEC, UN AUTRE POINT DE VUE DE RECONNAISSANCE

NATION MÉTIS QUÉBEC, UN AUTRE POINT DE VUE DE RECONNAISSANCE

Messagepar admin » Jeu 4 Nov 2010 10:04

NATION MÉTIS QUÉBEC, UN AUTRE POINT DE VUE SUR LE CHEMINEMENT D'UNE RECONNAISSANCE

Depuis la mise en route de l’internet faut regarder la réalité en face sur tout ce qui touche la métissité au Québec. Le gouvernment du Québec est mieux de se dépêcher à trancher sur qui il s’apprête à reconnaitre comme étant ceux qui sont légitimement les Métis. Il se doit de le faire avant que ce mouvement de métissage devienne une foire québécoise irréversible et ce au détriment des Métis au Québec.

Les citoyens des Premières Nation, ceux de la Nation Métis et des Inuit du Québec, ceux qui ont toujours maintenu et fait valoir leur identité autochtone distincte depuis longtemps se font royalement bousculer, bafouer par des Québécois ou des Canadiens Francais qui se sont auto identifiés comme étant des autochtones et qui ont joint depuis l’arrêt Powley de 2005 une brochette d’organisations et de communautés virtuelles qui prétendent être autochtones ou Métis et qui proclament que les 3/4 de la population du Québec à le droit de s’auto identifier Métis à cause d'une certaine métissité sanguine avec les premières Nations .

Ils ce sont fait aussi bousculer par ceux qui font parti ou qui ont quitté dernièrement l’Alliance Autochtones du Québec, la défunte Fédération Autochtone du Bas St laurent, la défunte Corporation Métisse de l’Est du Canada, la défunte Communauté Métisse de l’est du Canada et bien d’autres défuntes organisastions autochtones qui ont ou avaient poussées subitement comme des champignons au Québec. Des Québécois métissés qui ont découvert qu’en s’identifiant Métis ils peuvent tenter de préserver leur territoire de chasse au Québec ou profiter des bénéfices constitutionnels réservés aux Métis.

Certains d’entre eux ce sont nouvellement réunis sous une assemblée de Communautés métisses historiques mais toujours indépendantes les unes des autres. Ils s’affirment et s’affichent sous une nouvelle identité de Métis Canadien Français. Cette nouvelle identité est instiguée par des Franco Manitobains qui se disent maintenant Métis canadiens francais et qui sont aussi dans la marge des Métis du Manitoba sous la direction du Conseil des Métis du Canada .

Ils sont tous regroupés ironiquement et en contradicition avec leur identité dite Métis canadienne française sous le drapeau Métis rouge et blanc des Métis de souche anglophone.

Ils le font comme la fait le mouvement séparatiste du Québec dans les années 60 en basant la réclamation de leur identité Métis sur des traits linguistiques plutôt que sur la réalité culturelle et familiale des citoyens Métis d’expression française ou anglaise au Québec et qui est inclusive au sein de la Nation Métis au Québec et celles des Nation Métis des autres provinces.

Cette polarisation des Métis qui est projetée par touts ces québécois métissés est maintenant basée sur une distinction québécoise et canadienne française. Selon eux , il y a donc les Métis citoyens de la Nation Métis Québec et les québécois métissés ou Métis canadiens français des communautés métisses historiques raliées avec des municipalités du Québec.


Ils le font en joingnant des instigateurs Acadiens du Nouveaux Brunswick ou des Franco Manitobains qui se disent Métis canadiens français et qui sont membres de L’ Union nationale métisse St Joseph du Manitoba et qui opèrent séparément de la Fédération des Métis du Manitoba Même la communauté de St- Laurent au Manitoba se sent envahi par ces Franco Manitobains qui se disent Métis Canadiens Français. Aller dire aux Métis de St Laurent qu’ils sont des Métis canadiens français parcequ’il parle le michif françisé ou que le français parlé par les franco manitobains et vous serez vite en confrontation culturelle avec eux.

Pour suivre la suite des événements de ces nouveaux Métis Canadiens Francais rien de plus intéressant que de relire tout les messages ou critiques affichées depuis 2005 par touts ces nouveaux Métis sur le site internet de la Nation Autochtone du Québec et de revoir l’évolution de leur instabilité identitaire ou celle de leur “autochtonassité” devenu depuis un certain temps une métissité.

C’est très intéressant de relire tout cela avec un recul sur ce site internet auquel j’espère a été copié, enregistré, analysé et décortiqué par les analystes des gouvernements pour exposer certains d’entre eux et démonter en temps et lieux leur incontinence et l’inconsistance de leurs prétentions identitaires autochtones car ils ont démontrer publiquement qu’ils en ont vécu plus qu’une.

Faut voir comment certains qui étaient tous a prime abord des québécois métissés ou des Canadiens français qui avaient une déficience spirituelle ou d’appartenance culturelle dans leur identité québécoise, se sont soudainement orientés dans la grande mode spirituelle et culturelle autochtone parce qu’ ils se sont découverts des ancêtres des Premières Nations dans leur généalogie. Quand il faut découvrir des ancêtres autochtones dans sa géanologie pour être en mesure de se définir autochtone, faut donc croire que le lien identitaire et d’appartenance par une continuité culturelle autochtone sont complètement absents.

Les citoyens des Premières Nations ou de la Nation Métis savent déjà qui ils sont et ce sans faire de recherche généalogique. La recherche généaloqique est juste la pour démonter leur lien d’appartenance pour satisfaire des besoins d’association avec d’autres citoyens autochtones.

Faut aussi les lire pour voir comment ces québécois métissés ou Métis Canadien frqnçais se sont vites adoptés une espèce de définition autochtone globale qui leur ont permis de s’auto identifier autochtones sans pour autant être connu par les autochtones reconnus depuis belle lurette. Ils opèrent visiblement les fins de semaines, pour jouer du tambour, danser autour d’un feu, participer dans les pow wow et même s’habiller comme des gens des Premières Nations , faire des cérémonies et fumer la pipe de paix en publique . Mais ils ne ressemble en rien ou ne font absolument rien qui ressemble à la culture Métis.

Que de beaux souvenirs nostalgiques des temps passés à faire revivre dans les festivals québécois. De plus ca peux être très payant. Il y en a d’autres qui ont fait ou pensent faire des millions avec les programmes qui déservent les autochtones hors réserve sur le dos de cette identité Métis pas encore controlée par les gouvernements.

Dans cette découverte frénétique sans vraiment avoir vécu toute leur vie sous une identité autochtone ils nagent cette nouvelle définition identitaire comme des poissons dans une piscicultures. Ont les voient sauter de piscicultures en piscicultures autochtones en espérant trouver pêcheurs.

Une journée ils sont québécois métissé une journée ils sont autochtones hors réseves, une journée ils sont Métis québécois , une journée ils sont Métis canadiens francais.Que seront-ils demain lorsqu’ils ce seront enfin retrouvés?

Tout au long de leur découverte, ils ont changés de caps ou d’organisations à maintes reprises au fil des jours et des mois comme des girouettes dans le vent de l’identité. La plupart d’entre eux détiennent tous probablement une douzaine de cartes qu’ils ont accumulées et qui les reconnaissent comme des autochtones ou des Métis espérant trouver la carte qui leur fera gagner le gros lot, faire fortune ou d’y recevoir les bénifices tant espérés.

Ils détiennent un jeu de cartes identitaires autochtones impressionnant et pas piqué des vers à en faire rougir et envier les citoyens des Premières Nations, ceux de la Nation Métis Québec et ceux de la Nation Inuit qui détiennent avec conviction nationale qu’une seule carte identaire. Celle qui représente leur vraie identité nationale. De plus ils ne connaissent pas aucune culture autochtone ils les connaissent toutes.

Ils nous en ont fait voir de toutes leurs couleurs dans leurs indécisions identitaires sur les sites internets et dans les grands rassemblement autochtones. Ils sont devenus les caméléons autochtones du 20 ième siècle . Ils sont des spécialistes dans l’art de la définition et de la projection et la décoration identitaire autochtone. Ils sont incapable d’utiliser les vraies mots employés dans la vraie réalité du mouvement autochtone des Premières Nations, de la Nation Métis et de la Nation Inuit.

Ironiquement aucun d’entre eux sont ou veulent être ratachés aux Premières Nations, à la Nation Métis ou à la Nation Inuit, même si certains d’entre eux réclament appartenir à l’une d’elle tel qu’imprimé sur certaines de leurs cartes d’organisations.

S’identifier autochtone hors réserve ou Métis c’est bien plus facile à contourner les gouvernements des Premières Nations, de la Nation Métis Québec ou des Inuit. Pas de règlementation légale et puis la porte est toute grande ouverte. Au Québec on s’organise des communautés ou des organisations corporatives parallèles aux Premières Nations, la Nation Métis Québec et les Inuit, ce qui leur permet de se désister, de confronter, de se détourner , d”interpréter ou de jouer avec l’agenda des Premières Nations, de la Nation Métis et de la Nation Inuit.

Ils sont devenus plus indiens que les indiens , plus Métis que les Métis , plus Inuit que les Inuit et il se permettent en plus de tenter de leur faire des leçons de morale, d’histoires politiques, des leçons culturelles et spirituelles ou de les critiquer ou de les humilier publiquement comme le font les Québécois.

Jusqu’a ce jour, aucun d’entre eux n’ont osé dans le passée ou dans le présent de se créer parrallèlement des communautés comme celles des Premières Nations. Pourquoi ? parce qu’ils savent très bien que même avec toutes leur prétention autochtone, ils ne seront jamais des citoyens des Premières Nations et qu’ils ne seront jamais acceptés par les Premières Nations, la Nation Métis ou la Nation Inuit.

Mais lorsque l’on tombe dans la catégorie Métis il y a qui pensent que tout est permis parce que les Métis ne sont pas officiellement règlementés comme le sont les citoyens des Premières Nations, la Nation Métis ou Inuit dans la province de Québec.

De la que vient tout cet abu par des québécois métissés qui tentent de se définir comme autochtones hors réserves ou comme des Métis sous prétexte qu’ils ont des antécédents autochtones dans leur généalogie. Ce sont aussi ces mêmes québécois métissés qui se sont associés et qui recoivent l’appui de certaines municipalités du Québec et qui refusent de reconnaitre la juridiction originaire et la légitimité des revendications territoriales des Premières Nations au Québec.

Ce sont ces québécois métissés qui osent réclamer des territoires qui appartiennent toujours aux Premières Nations. Ce sont ces québécois métissés qui ont ce même dédain des Métis de l’ouest ou ceux du Québec qui parlent l’anglais tout comme certains québécois ont un dédain contre les anglophones des autres provinces et ceux du Québec .

Le mouvement Métis est devenu un vrai zoo culturel et spirituel au Québec et la grande risé des Premières Nations. Reste à savoir qu’elle sera la prochaine vague identitaire autochtone car déjà il y en a qui sont à bout de piscicultures. Les Métis ont bien hate que cette nouvelle vague arrive .

Ils tentent dans leur prétentions autochtones et ce par tout les moyens possible de stopper ou embourber les revendications territoriales des Premières Nations et la reconnaissance des Métis légitimes du Québec en soumettant des revendications territoriales Métis sachant très bien que la juridiction originaire et la légitimité territoriale n’appartient qu’aux Premières Nations. Faut le faire.

Au cours des siècles les Métis ont négocié avec les Premières Nations des accomodements d’occupation territoriale pour faire la chasse et la pêche et bâtir leurs habitations sur les territoires ancestraux des Premières Nations. l’agenda de la Nation Métis Québec est de réhitérer et de maintenir aujourd’hui cette entente d’accomodement d’occupation avec les premières Nations. Il ne reste qu’au gouvernement du Québec à l’antériner.

Les dirigeants des Premières Nations ont été avisés.que la Nation Métis Québec n’a aucune prétention territoriale et aucune intention de revendiquer des territoires qui appartiennent toujours légitimement qu’aux Premières Nations.

J’ai hate que le bureau de l’interlocuteur des Métis arrête de jouer avec le mot Métis et s’applique a reconnaitre les Métis au Québec par leur lien culturel et historique plutôt que des liens de hors réserve et de métissage sanguin . j'ai aussi hate que le gouvernement du Québec tranche une fois pour toute sur qui ils reconnaitront comme Métis légitimes au Québec comme l’a déjà fait les Premières Nations.

Leurs décisions permettra pour que ceux qui sont Métis et qui l’ont toujours été culturellement, légitimement et légallement puissent enfin s’organiser adéquatement. Cette décision mettrait fin à toutes ces organisations, communautés virtuelles et site internets etc qui ont surgis au Québec avec des prétentions Métis surtout depuis l’Arrêt Powley de 2005 et qui nuisent beaucoup plus à la reconnaissance de la Nation Métis au Québec comme étant la 12ième Nation Autochtone sur le territoire du Québec .

Malgrès toute les prétentions autochtones de certains québécois métissés, reste à savoir qui sont les Métis au Québec. Mais les Métis qui ont toujours été bien visibles et bien identifiés depuis longtemps se sont regrouper au début des années 1990' sous la Nation Métis Québec et ont quitté définitivement l’Alliance Autochtone du Québec.

Ce sont ces Métis qui ont toujours été constistants dans leur identité Métis et dans leurs convictions nationales Métis et qui ont appris à observer et à être patient et qui ont déjà joint et qui organisent la Nation Métis Québec. De plus il faut reconnaitre l’authenticité des quelques autres Métis qui se sont perdus dans tout ce cirque médiatique quotidien ou virtuel.

Ils savent tous que ce n’est qu’une question de temps avant d’y avoir la reconnaissance finale du gouvernement du Québec. Cette reconnaissance les Métis l’on toujours eut des Premières Nations du Québec.

La balle est donc dans le camp du gouvernement du Québec pour mettre un terme à toutes ces prétentions autochtones de la part de certains citoyens québécois et c’est à ce gouvernement d’y voir et d’inclure la Nation Métis dans son projet de loi 50 qui reconnait aujourd’hui 11 Nations Autochtones sur le territoire du Québec. Ce projet de loi avait été approuvé par l’ Assemblée nationale du Québec en 1984 et fut amendé en 1989 pour y inclure la Nation Malécite qui a atteint aujourd’hui 800 citoyens.

Faut donc croire qu’un autre amendement est toujours possible pour inclure dans cette résolution la Nation Métis Québec et ce comme étant la 12 ième Nation Autochtones sur le territoire du Québec.

A la lueur de la situation présente, la Nation Métis n’était peut être pas une alternative de reconnaissance dans le passé pour reconnaitre les Métis par le gouvernement du Québec mais elle le demeure dans le présent.

Après 16 ans d’attente de la part de la Nation Métis Québec, reste a savoir si le gouvernement du Québec est prêt à protéger l’intégrité nationale et transiger sérieusement avec la Nation Métis au Québec comme il le fait avec les 11 autres Nations autochtones sur le territoire du Québec.

Le gouvernement du canada lui l'a fait officiellement en 2012 lorsqu'il a remis aux représentants de la Nation Métis au Québec une médaille de reconnaissance des Métis du Québec à leur participation de la guerre de 1812 .
Claude Aubin
Métis et administrateur de ce site.

info@claudeaubinmetis.com
Avatar de l’utilisateur
admin
Administrateur du site
 
Messages: 424
Inscription: Mer 20 Oct 2010 11:42

Revenir vers Pour la Nation Métis au Québec

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron