CONCESSION FONCIÈRE DENIS DU LOT DE CACOUNA 1994

CONCESSION FONCIÈRE DENIS DU LOT DE CACOUNA 1994

Messagepar admin » Ven 5 Nov 2010 11:15

Ministre Ronald A Irwin
Terrasse de la Chaudière
10 rue Wellington
Hull, Québec
Ottawa Ontario K1A OH4


Monsieur le Ministre,

J'ai été avisée par les fonctionnaires de votre ministère à Québec et à Ottawa, qu'aucun Malécite de Viger détient un certificat de possession du seul lot de la réserve Malécite de Cacouna dans la province de Québec.

Au nom de la famille Denis, j'aimerais vous soulever mon indignation et l'humiliation que ma famille subie présentement devant cette constatation. C'est comme si on m'avait avisée que je n'avais pas d'histoire, pas de passé sauf si elle a été inscrite sur des documents ou des rapports écrits par vos fonctionnaires de votre gouvernement, ou retenue dans vos archives. Si ce sont des documents que vous avez besoin pour faire la preuve, nous en avons et je vous en donne copies conforment. Ils ont été protégés par les femmes de la famille Denis depuis 150 ans même avant la création de ce nouveau pays le Canada. Ils ont été protégés de la même façon que je les protège aujourd'hui. Vous ne les retrouverez pas dans vos archives à Ottawa car je les ai en ma possession.

Ils représentent des concessions foncières qui ont été remises aux Chefs héréditaires de la famille Denis par les autorités militaires de l'époque, par Sir James Kempt et Mathew Lord Aylmer pour le roi Guillaume Quatre d'Angleterre, selon les règlements établis dans la Proclamation Royales de 1763. selon ses règlements, chaque Capitaine avait droit de recevoir 3,000 acres de terres en compensation de services rendus à la Couronne britannique. Les familles Jean, Célestin et Noël Denis et joseph Thomas n'ont a jamais reçus les 9,000 acres promis par la couronne Britannique. Ces documents sont la base d'une revendication territoriale qui sera soumise par la Famille Denis au nom de la Tribu des Amalécites de L'Isle Verte et que nous préparons depuis plusieurs années. Nous espérons être en mesure de déposer cette revendication globale avant le référendum québécois.

Ils représentent aussi le lien militaire, un traité entre ma Tribu, ma Nation Amalécite de l'Île verte et les dirigeants Britanniques avant la formation de votre nouveau pays le Canada. Ces documents ont été remis en signe de tenants et aboutissants de concessions foncières et signés par le sang de Malécites coulé lors des guerres que nous avons combattues ensemble, surtout celle de 1812 à 1815 et qui feraient trembler de peur le plus prétentieux des Chefs des tribus Malécites d'aujourd'hui.Ces documents sont aussi des articles de paix et de cohabitation que vos ancêtres ont formulés avec les miens.

Ils se rattachent à des obligations statutaires envers les descendants de la famille de Célestin, Noël, Jean Denis et Josepph Thomas, Chefs Héréditaires et Capitaines de la Tribus des Amalécites de l'Isle Verte, province de Québec malgré les injustices commises par la loi sur les Indiens envers ma famille immédiate.










Encore aujourd'hui, malgré leurs titres de Chefs Héréditaires de la Tribu des Amalécites de l'Isle Verte, mes filles et mes trois garçons se sont vu refusés une reconnaissance indienne, même après les amendements apportés à la loi sur les Indiens. Quelle ironie du sort, quelle injustice social et politique pour diviser ma propre famille et ma Nation.

C'est avant les années 1900 que mon grand père Edouard Denis, aussi Chef, y a construit et habité la petite maison qui se situe sur le seul terrain de la réserve de Cacouna. Suite à la mort de mon grand père Édouard Denis, le départ de ma mère et ma grand mère vers les États Unis leur ont permis de survivre de la misère qui lui était infligée à Cacouna. Elle a du subir l'humiliation et l'abus de l'application de la loi sur les indiens par l'agent des sauvages de l'époque. Le ministère a révoqué le statut d'indienne de ma grand mère et de ma mère en 1923 parce que selon eux, elle passait trop de temps aux États-Unis. Elle est donc devenu une étrangère dans sa propre communauté dans son propre pays.

Par les mêmes circonstances ma mère a été forcée de renoncer à son domicile familial permanent sur la réserve de Cacouna, le seul endroit qui avait vu mourir son père au pied du seul gros arbre de cette petite réserve. Ma mère avait aucun autre choix de disposer de la maison familiale et du terrain de la réserve de la façon qu'elle l'avait été forcée de le faire.

Avec la perte de son statut d'indienne, la loi était claire et formelle sur ce sujet; elle ne pouvait plus posséder de terre ou une propriété sur une réserve indienne même si elle était toujours une Malécite et descendante directe du Chef héréditaire Edouard Denis, Capitaine militaire de la tribu des Amalécites de l'île Verte.

Elle a donc refilé à l'amiable, à la façon traditionnelle des Anciens, le terrain et la petite maison familiale de mon grand père Edouard Denis à la famille de Joseph Launière qui habitait antérieurement à la pointe de Lévis. La famille de Joseph Launière souffrait terriblement de pauvreté à l'époque et promettait de bien entretenir la petite maison en échange de loyer. Il avait été convenu que si un jour justice serait rendu à la famille Denis par le Gouvernent du Canada, que le terrain et la maison familiale des Denis sur la réserve de Cacouna seraient restitués un jour aux descendants de la famille Édouard Denis. Ce jours est maintenant arrivé.


Le Chef Joseph Launière, père de Albert, Antoine, Marie et Éva Launière a vécu et habité jusqu'à sa mort en 1971 dans la petite maison de mon grand Père Edouard Denis. Il était très respecté par la population de Cacouna et des Environs. cette maison a été ultérieurement maintenue et ce jusqu'à aujourd'hui par Antoine Launière fils de Joseph Launière. Cette petite réserve et cette petite maison a vu naître et mourir certain de mes ancêtres et ceux de la famille Launière. Cette Maison est pleine d'histoire familiale que les vielles familles Malécites Denis, Launière, Atanas et Aubin veulent absolument protéger.

Vous devez donc Monsieur le Ministre, par les pouvoirs et obligations qui vous sont conférés en notre nom, de rendre justice à ma famille Denis pour faire lieu de compensation, suite à ma réinscription causé par des changements à la loi sur les Indiens.

Vous êtes le seul en ce moment qui puisse protéger cette petite réserve de l'abus éminent de pouvoir du conseiller Mr. Aubin Jenniss, qui sans respect des descendants des grandes familles Malécites et surtout des ancêtres et Anciens de la Nation Malécite à Viger, a installé en quasi permanence une roulotte pour en faire sa résidence d'été. Jamais au grand jamais un Malécite de souche, par respect des Anciens et des familles Launière et Denis, aurait osé faire une telle action.

Je vous demande donc en fonction de l'article 22 de la loi sur les Indiens, considérant les droits acquis de mon grand père Edouard Denis à savoir:



que la construction de sa maison ainsi que 5 autres ont été érigées avant même que ce terrain soit acheté en 1891 et déclaré une réserve indienne qu'en 1913,

que le lot 66 selon le plan du cadastre du village de Cacouna dans le conté de Témiscouata avait été acheté par le ministère des Affaires indiennes le 8 juillet 1891,

que suite de ma réinscription comme indienne, que vous me donniez justice et a celle de la succession Edouard Denis, en me rendant mon héritage familiale, ce qui m'appartient de droit suite à une injustice commise dans le passé envers ma mère.

De plus et selon l'article 42 (1) et (2) et (3) de la loi sur les Indiens, vous pouvez et devez comme ministre réitérer en guise de compensation, mes droits de possession acquis et ceux de ma mère, découlant de l'occupation de la réserve de Cacouna par mon grand père Edouard Denis à partir du printemps de 1884 jusqu'à sa mort.





Je vous demande aussi en fonction de l'article 20 de cette même loi, que vous me remettiez dans les plus bref délais un certificat de possession du terrain de la réserve de Cacouna ou se situe la maison familiale Denis, et ce dans le conté de Témiscouata dans la province de Québec.


Je veux aussi a tout prix éviter une confrontation éminente des membres des vielles familles Malécites de Viger et de celles de Tobic avec cet Indien qui a nouvellement été inscrit à la bande de Viger a partir de la liste 816 il y a de ça que quelques années. Ce Monsieur doit aussi comme dirigeant, mener l'exemple et surtout de convaincre les vielles familles Malécites de son lien de parenté et culturel aux vieilles familles Malécites. Il doit aussi démontrer, son intérêt à préserver et de protéger le patrimoine culturel et l'histoire de la Nation Malécite de Viger surtout celle qui s'est déroulée sur la réserve de Cacouna depuis 1891.

Je suis convaincu Monsieur le Ministre que les intentions du conseiller Mr. Aubin Jenniss, changeront suite à la lecture de cette lettre et qu'il procédera dans les plus bref délais à retirer immédiatement et sans condition, sa roulotte stationnée sur la propriété familiale et ancestrale de la famille Denis, présentement toujours sous la responsabilité de Antoine Launière, mais qui demeure toujours ma propriété par succession.

Pour faire suite à la régularisation de cette situation et l'émission d'un certificats de possession en bonne forme, les descendants des familles Edouard Denis et Joseph Launière, ont l'intention de pétitionner le Ministre pour lui proposer un projet de restauration, et de protection de la maison familiale des Denis selon une loi Malécite sur la protection du patrimoine culturel et sacré Malécite approuvée par résolution de Conseil de bande. Nous avons l'intention de restaurer la maison, pour en faire un petit musée et un centre d'interprétation saisonnier sous le nom du musée Edouard Denis et Joseph Launière, dernier Chefs héréditaires à vivre sur la réserve de Cacouna. Ce musée sera opéré et protégé par les Anciens. De plus nous avons l'intention de rendre ce terrain accessible à toute la population Malécite sans exception pour des fins de rencontres culturelles et spirituelles.

Je profite de cette occasion pour vous aviser que je serai de passage à Ottawa pendant les deux dernières semaine de Août,et que j'aimerais profiter de cette occasion pour vous rencontrer si ce n'est que 15 minutes pendant votre pose café et fumer une bonne cigarette, et ce de façon non officielle dans le Kumik ou dans la cafétéria. Je sais que vos fonctionnaires vont me répondre que vous êtes très occuper et que ce n'est pas possible mais connaissant vôtre réputation personnelle et que mon ami Smokey Bruyière m'a dit que vous êtes une personne du peuple et toujours accessible.



J'aimerais que vous constatiez vous même la teneur de mes documents, et de leur importances pour maintenir de bonne relation avec ma Communauté et naturellement pour rencontrer une vieille dame joviale comme moi.

Veuillez accepter Mr.le Ministre mes salutations distinguées. Dans la paix et l'amitié selon nos ententes de nos traités antérieurs.

Ruby Denis.

Chef héréditaire de la Tribu des Amalécites de l'Isle Verte
Chef honoraire de la Nation Malécite de Viger.
C.P. 186, St-Éphiphane,GOl 2X), P.Q.


C.C. Grand Chef Bernard Jenniss
C.C. Conseil de Bande
C.C. Chef Aubin Jenniss
C.C. Antoine Launière
C.C. Eva Launière
C.C. Marie Launière
C.C. Marcel Lauzon
C.C. Marise Launière
C.C. Descendant de la succession Édouard Denis.
Claude Aubin
Métis et administrateur de ce site.

info@claudeaubinmetis.com
Avatar de l’utilisateur
admin
Administrateur du site
 
Messages: 424
Inscription: Mer 20 Oct 2010 11:42

Revenir vers Pour la Nation Malécite

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 3 invités

cron